Développée par Pedro Jiménez-Reyes, suite à la publication de Samozino (2015) sous la houlette du reconnu chercheur français Jean-Benoît Morin, l’application My Sprint est une application et un outil que tout préparateur physique devrait détenir dans son smartphone ! Pour un peu moins de 10€, l’application My Sprint permet d’obtenir des données essentielles sur votre athlète et une fiabilité autant efficace que celle du système des cellules photoélectriques à plus de 2000€ !


Où trouver l’application My Sprint ?

À l’heure où nous écrivons cet article, l’application My Sprint est accessible uniquement sur appareils Apple (Iphone, Ipad…) au prix de 9.99€. Les détenteurs d’Android devront encore patienter puisque les caméras au ralentit des appareils Apple sont les seules compatibles avec l’application. Depuis 2015, soit la mise en service de l’application MySprint, les appareils Android sont orphelins de cet outil.

À quoi sert l’application My Sprint ?

L’app My Sprint vous permettra d’individualiser vos futurs entrainements et de mieux cerner votre athlète pour le rendre plus rapide en sprint linéaire :

  • Calculer le profil force vitesse.
  • Connaitre aussi précisément qu’avec un radar / cellules le temps réalisé d’un sprint de l’athlète sur 5 puis 10 puis 15 puis 20 puis 25 puis 30m. Avec ou sans charge additionnelle.
  • Segmentiser la course. Exemple : 2 athlètes (Athlète A vs Athlète B) courent le 30m en 4.90 secondes. Le résultat final est le même pourtant en zoomant les 2 ont effectuées une course totalement différente : L’un à mieux débuté sa course, et l’autre l’a mieux finie.

Matériel nécessaire pour faire le Test MySprint :

  • 1 appareil Apple (iPhone ou iPad)
  • L’application MySprint à télécharger depuis l’Apple Store
  • 1 trépied pour smartphone / tablette
  • 1 décamètre de 30 mètres minimum
  • 6 cônes + 6 bâtons d’au moins 1.50m

Utilisation du Test Mysprint :

1- Création du profil du joueur :

Lancez l’app Mysprint puis cliquez en haut à gauche sur l’icone représentant 3 bonhommes puis « Add user ». Renseignez le nom, le poids , la taille, l’âge de votre joueur. Vous pouvez trier vos joueurs grâce à l’option « Add Club ». Cette option est très utile si vous travaillez pour plusieurs clubs afin de ne pas les mélanger. Vous pourrez ensuite sélectionner quel joueur vous souhaitez trier en cliquant sur sa fiche puis « Club ».

My Sprint Application - Interface - Ajouter un club ou utilisateur

2- Mise en place du protocole de course :

Sur une piste d’athlétisme, sur un terrain de rugby / football, dans un gymnase, la mise en place du protocole MySprint est très simple à mettre en place et se réalise en moins de 10 minutes. En revanche, il doit être respecté au centimètre près ! Il faut respecter précisément les mesures à venir puisque notre iPhone étant sur un trépied fixe, nous serons confronté à la parallaxe. Ce qui veut tout simplement dire qu’en fonction d’où notre trépied est positionné, notre angle d’observation ne sera pas le même.

Nous avons résumé en 1 schéma la mise en place du protocole de course pour faciliter sa compréhension !

My Sprint Application - Mise en place et mesure du protocole pour préparateur physique

Il est très important que le trépied soit positionné dans l’axe du plot de 15m à 10.00m ! La hauteur du trépied n’aurait aucune importance. Pour éviter de refaire chacune de ces mesures, certains clubs pro ont crée un stand « My Sprint » et laissent tout le matériel sur place.

3 – Les consignes à donner à l’athlète

  • L’athlète doit sprinter le plus vite possible jusqu’au dernier plot.
  • L’athlète débute sa course quand il le souhaite. Pas de temps de réaction.
  • Il doit courir derrière les cônes.
  • Nous conseillons un départ 2 mains au sol. A l’instar d’un sprinteur dans les starting block. Il sera plus facile de screener le 1er mouvement. Car nous le rappelons : à partir du moment où il y a le moindre mouvement : il y a production de force. C’est à ce moment là que la mesure du sprint doit débuter.

4 – Utilisation de l’application :

Après avoir crée le profil de l’athlète et cliqué sur « Tests », 4 choix s’offrent à vous :

– TEST 1 : Déterminer le profil force-vitesse de l’athlète.
– TEST 2 : Mesure du temps réalisé sur 30m (avec les temps de passages à chaque 5m) (Le TEST1 le permet également mais le TEST2 ne détermine pas le profil F/V.)
TEST 3 : Déterminer la charge additionnelle optimale de travail. Divers sprints seront à réaliser : A poids de corps / +25% du poids de corps / +50% du poids de corps / +75% du poids de corps / +100% du poids de corps.
– TEST 4 : Analyser séquence par séquence la technique de course de votre athlète en sélectionnant les images souhaitées.

I- Tutoriel – Utilisation de l’app My Sprint – Comment calculer le profil force / vitesse de l’athlète ?

Avant toute chose : Pour un meilleur traitement à venir de vos vidéos, nous vous invitons à quitter l’application My Sprint et d’aller dans « Réglages » de votre produit Apple. Puis « Accessibilité » puis « Zoom ». Activez la fonctionnalité Zoom. Ceci vous permettra de mieux détecter les mouvements de vos athlètes et d’être plus précis.

Ce tutoriel a été réalisé lors de l’utilisation du « TEST 1 » à savoir calculer le profil force vitesse de l’athlète :

  1. Cliquez sur « Tests » puis celui que nous nommons le « TEST 1 »
  2. Sélectionnez le profil du joueur que vous souhaitez tester.
  3. Posez le téléphone sur le trépied.
  4. Lancez la caméra et demandez au joueur de partir lorsqu’il le souhaite. Nous préconisons à ce que le joueur réalise un départ les 2 mains au sol pour faciliter le traitement de la vidéo.
  5. Avec l’aide du trépied, qui reste fixe au sol, suivez la course de votre joueur.

Lorsque vous avez beaucoup de joueurs à analyser, nous vous conseillons de filmer directement depuis le mode « Caméra » de votre appareil Apple et de traiter chacune de vos vidéos lorsque vous êtes au bureau. Dans ce cas, il est obligatoire que vous filmez en mode ralentit, puis importez votre vidéo dans l’app My Sprint.

Pour importer vos vidéos, cliquez sur l’icone située dans le cercle orange.

ÉTAPE 1 :

Les flèches entourées en jaune vous permettent de sélectionner image par image et d’être très précis sur vos mesures.
– Dans le rectangle blanc se trouve des chiffres allant de 1 à 6 : Chaque chiffre correspond à un plot. Le chiffre 1 correspond au plot placé à 5.57m, le chiffre 2 correspond au plot placé à 10.28m etc… Lorsque le bassin de votre athlète est placé au milieu du bâton, vous devrez cliquez sur le chiffre correspondant au bon plot. Le temps réalisé s’inscrira.

– Dans le rectangle orange est écrit « Start » : Nous allons nous y attarder car cette étape est la plus importante et la plus compliquée à faire correctement. Vous devez cliquer sur le bouton « start » lorsqu’il s’agit de la dernière image où votre joueur est immobile ! Dans cet exemple : sur l’image d’après, notre athlète commence sa poussée sur sa jambe arrière car son talon décolle de quelques centimètres. Nous avons donc prit la dernière image où il était immobile. Le chrono du sprint débute lorsque vous avez cliqué sur le bouton start.

ÉTAPE 2 :
La prochaine mission du préparateur physique est de marquer minutieusement les passages de l’athlète sur chaque plots. La consigne est simple : Vous devez sélectionner les images lorsque le bâton est centré au bassin.

MAUVAISE MESURE : Bassin non centré avec le bâton
BONNE MESURE : Bâton au centre du bassin

Une fois que vous avez sélectionné la bonne image cliquez sur le chiffre 1; Apparaitra le temps de votre athlète pour son premier 5m. Reproduisez ce travail pour les 5 bâtons restants tout en veillant à toujours aligner le bassin au bâton.

ÉTAPE 3 :
Une fois ce travail effectué sur tous les cônes, cliquez sur F-V ANALYSIS pour avoir les résultats de votre athlète.

ÉTAPE 4 : Déchiffrage / Compréhension des résultats

RESULTAT : Capture d’écran 1
RESULTAT : Capture d’écran 2
Cliquez sur « Graph 2 » pour avoir en graphique le profil Force-Vitesse de l’athlète

Définition des données du protocole :
– V Max :
Vitesse maximale en mètre par seconde. Dans cet exemple, notre athlète réalise 8.110 mètres en 1 seconde lorsqu’il atteint sa vitesse max.
– F(0) N : Force maximale théorique horizontal sans frottement exprimée en Newton. Plus la F0 est élevé, plus on est capable de produire de la force sur le début de son sprint.
F(0) N/kg : Force maximale théorique horizontale sans frottement exprimée en Newton par kilos. Utile pour comparer 2 personnes ne faisant pas le même poids.
– V(0) : Vitesse théorique s’il y avait 0 force appliquée en mètre par seconde. On ne peut pas l’atteindre. C’est imaginaire. (Tout comme la F(0) ). Plus cette donnée est élevée, plus un joueur est capable de produire de la force à vitesse élevée.
– P Max (W) : Puissance max qu’un athlète est capable de développer en watt en prenant compte son poids de corps. Dans des sports de contact comme celui du rugby, foot us : Plus cette valeur est élevée, plus les joueurs sont capables de franchir la défense adverse.
– P Max (W/kg) : Utile pour comparer la puissance de 2 personnes ne faisant pas le même poids.
– DRF : Ratio de force : La technique de course impacte directement cette valeur. C’est un ratio permettant de mesurer comment applique t-on une force horizontal pour ne pas passer sur une force verticale.
– FV :
– RF_10m : Ratio force sur 10m
– RF Peak :

« Il ne faut pas opposer force et vitesse. Ce qui crée le mouvement c’est la production de force. La vitesse est le résultat d’une application de force. Il faut être fort à des niveaux de vitesses différentes. Pour être bon en sprint il faut être fort en vitesse basse (au démarrage), en vitesse intermédiaire, et en vitesse élevée. (une fois proche, ou à vitesse max). » dévoile JB Morin.
Quelqu’un qui s’entraine à des charges très lourdes sera très fort à des vitesses lentes. (Exemple : haltérophile au démarrage). Mais il ne sera pas forcement fort à des vitesses élevées. A partir de 10-15m, il risque d’éprouver des difficultés à maintenir une production de force élevée. Chez les sportifs de très haut niveau, on note que l’athlète peut être excellent en squat (force verticale) mais il peut ne pas performer en sprint, car ce n’est pas transférable sur de la force horizontale. En revanche, cette théorie n’est pas applicable chez le sportif débutant, car quoi qu’il fasse en force max en musculation : il obtiendra des gains sur sa performance en sprint.

Comment analyser ces données et savoir si cet athlète doit plus travailler en force ou en vitesse pour améliorer son sprint ?

Ce graphique regroupe 3 données :
Courbe bleue : Pmax (W/kg) : 13.587
– Courbe verte :

  • Force en F0 (N/Kg) : 6.409 – Représenté à gauche du graphique
  • Speed en V(0) : 8.48 – Représenté en bas du graphique

Même si les unités de mesure sont différentes : Plus F0 (N/Kg) et V(0) sont proches : Plus le profil est équilibré. Dans cet exemple, on voit clairement que ce joueur à un gros déficit de Force. Il faudra donc travailler en priorité cette composante.

Les différents profils et courbes :

Quel type d’exercice / entrainement faire en fonction du profil ?

Afin d’individualiser au mieux ses programmes, CHASSAING Patrick, préparateur physique du FC Grenoble Rugby en PROD2, préconise de faire 4 sous groupes. Il prend comme référence la moyenne de ses athlètes pour faire ses 4 sous groupes. Bien évidemment, il divise au préalable les avant / trois-quart :

  • F0+ et V0- (Traduction : Un athlète ayant une force supérieur à la moyenne du groupe mais une vitesse inférieur au groupe)
  • F0+ et V0+ (Traduction : Un athlète étant aussi bien au dessus sur la force et la vitesse comparé à son groupe)
  • F0- et V0-
  • F0- et V0+

– F0 faible : Travaille avec luge lourde
– F0 élevé : Luge plus légère
– V0 élève : Vitesse assisté autour de leur vitesse max
– V0 faible : Ils vont travailler en survitesse. Au dessus de leur vitesse max.

Les préparateurs physiques de Grenoble ont obtenu d’excellentes progressions en réalisant 2 entrainements de vitesse par semaines. Chacune de ces séances ne durent pas plus de 35 minutes. Ils n’ont jamais fais de coupure de plus de 10 jours sur un travail de vitesse. Si durant une période de 10 jours, un joueur du FC Grenoble a loupé ses séances de vitesse (Pour blessure, ou X Y raisons), les préparateurs physiques lui faisaient recommencer leur planification du début.

My Sprint : Un outil de prévention pour les blessures aux ischios :

Toujours inspiré par les travaux de la cellule préparation physique du FC Grenoble Rugby : Ils notent que les joueurs blessés aux ischios ont une F0 très inferieure à la moyenne du groupe + une V0 supérieure à la moyenne

Dans cet exemple en question; la moyenne du groupe était de :
– F0 (N/kg) : 8.46
– V0 (m/s) : 8.49

Les 3 joueurs blessés étaient aux alentours des 7.60 sur F0 alors que sur V0 (m/s) ils étaient au dessus de 8.5 dont un qui était à 9.69. Ils émettent l’hypothèse qu’un développement de F0 aurait limité les risques de blessures aux ischios. Que ça soit sur une blessure sur le bas et même le haut du corps, à chaque retour de blessure d’un athlète : les préparateurs physiques de Grenoble comparent les données avant la blessure et après le retour de blessure afin savoir si le joueur est apte à retourner à la compétition. Le joueur doit retrouver sa condition physique d’avant blessure pour être apte à un retour à la compétition.

Que ça soit pour un travail de prévention, ou d’évaluation, JB Morin préconise d’utiliser l’outil My Sprint 1x toutes les 8 semaines.

Base de données des résultats obtenus sur My Sprint :

D’autre résultat que nous avons obtenus lors de nos différentes recherches :

F0 (N/Kg : Newton par kilos) :

  • Très faible : 4 voir 5
  • Moyenne des gens lambda : 5 voir 6
  • Moyenne athlète haut niveau (sprint, foot, rugby) : 7-8
  • Valeur extrême mesurée : 9 a 10

F0 (N) :

  • Mauvais : Inférieur à 610
  • Bon : Supérieur à 750
  • Très bon : Supérieur à 791

V0 :

  • Pas bon : Inférieur à 8.60
  • Bon : Supérieur à 8.9

V max : Les très bons résultats au rugby pro :
– 5 de devant en ProD2 :
8m/s
– 3ème ligne coureur : 9m/s
¾ : 9.3
– Les meilleurs de TOP14 : 9.50
– Elite du TOP14 : 10 m/s

– P Max (W/kg) :
Usain Bolt est à 28 watt par kilos

Temps sur 30m :
Bon temps en TOP14: Inférieur à 4.50

Rugbyman a + de 2000w est consideré comme puissant. On ne peut pas lui demander le meme niveau de déplacement qu’un profil coureur.
Généralement un profil coureur est aux alentours des 1500-1600 watt
2100 watt l’élite



Autres sujets qui peuvent vous intéresser :
– Le test 30/15 IFT : Déterminer la Vitesse Maximale Intermittente
– Le test australien – Test lactique
– Le Bronco Test – Intermittent ou Continu
– Les gabarits au rugby du TOP14 à la Fédérale 2
– La créatine est-elle dopante ?